Tout a un point de départ, un centre, un lieu de démarrage, un Big Bang.

 

Je m’intéresse au sentiment errant.

 

J’aime avancer sans savoir où je vais. Au fur et à mesure que je marche je documente, je numérote, j’archive mes pas, des choses que je trouve et des conclusions inachevées. Je classifie dans une carte. Celle-là est aussi mon espace personnel, ma pensée, mon parcours parfois un peu confus et complexe pour moi-même. Tout comme une pensée circulaire qui va et vient, qui fait des allers-retours et se reconstruit sans jamais être achevée.

 

Je document et j’archive comme je peux.

 

Je ne cherche pas des réponses mais des interprétations, des détournements, des déplacements et des lectures qui servent à révéler la plasticité de la pensée et de la relativité interprétative.

 

Je ne crois pas à une vérité absolue.

 

J’aime l’indéfini et tout ce que génère le doute.

 

Je crois à l’expérience individuelle retirée d’un voyage, lui aussi singulier et personnel.

 

Ainsi j’avance…

 

 

 

Page de route 3